Comment on devient un “vieux maître” ivoirien (années 1930-1970)

Itinérance, mobilités et cosmopolitisme pédagogique : le cas de l’instituteur Koutia Lémon

Auteurs

  • Jean-Lémon Koné Université Ben-Gurion du Néguev (Israël)

DOI :

https://doi.org/10.51185/journals/rhca.2022.0306

Mots-clés :

instituteur africain, maître de brousse, école normale rurale de Dabou, éducation postcoloniale, microhistoire connectée

Résumé

Cet article fait une plongée dans le parcours d’un « vieux maître de brousse » ivoirien presque anonyme, depuis sa formation jusqu’à sa retraite, des années 1930 à 1970, à la charnière entre situations coloniale et postcoloniale. Koutia Lémon, formé à l’école normale rurale de Dabou, est initialement destiné à être un « instituteur-paysan ». D’affectations successives en formations continues, sa carrière l’amène à circuler au sein de l’espace colonial, puis du territoire national en construction, et même, fait rare, jusqu’en France pour un stage professionnel à la veille de l’indépendance. Il est affecté, dès son retour au pays, à des postes à responsabilités au sein de l’administration scolaire postcoloniale. En quoi les mobilités sont-elles inhérentes au parcours d’un « vieux maître » ivoirien ? Qu’est-ce qui, dans l’itinérance professionnelle et dans l’entrelacs des « communautés imaginées » (empire, colonie, État postcolonial, village), participe à construire l’éthos du fonctionnaire colonial et postcolonial ? Comment se passe le glissement de méthodes pédagogiques et de savoirfaire professionnels développés en situation coloniale puis réemployés au service de l’État indépendant ? Pour répondre à ces questions, l’enquête met en place une microhistoire connectée d’instituteur. L’article permet de dégager la catégorie conceptuelle de « vieux maître ivoirien », à partir d’une expression courante, mais aux contours flous. Il met également au jour des mobilités et des filières de formation professionnelle méconnues, car subalternes, spécifiquement rurales et moins prestigieuses que les écoles normales de William-Ponty et Rufisque, déjà connues de l’historiographie.

Références

ANDERSON Benedict (1991), Imagined communities: reflections on the origin and spread of nationalism (Revised and extended. ed.), Londres, Verso.

BARTHÉLÉMY Pascale (2010), Africaines et diplômées à l’époque coloniale. 1918-1957, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BÉDIÉ Henri Konan (1999), Les chemins de ma vie, Paris, Plon.

BERTRAND Romain et CALAFAT Guillaume (2018), « La microhistoire globale : affaire(s) à suivre », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 73(1), pp. 1-18.

BOUCHE Denise (1980), « L’école rurale en Afrique occidentale française de 1903 à 1956 », Historical Reflections/Réflexions historiques, 7(2/3), pp. 207-2019.

BRET Dominique (2015), « Le Centre international d’études pédagogiques », in F. LAHOT et R. ROGERS (dir.), Les sciences de l’éducation : émergence d’un champ de recherche dans l’après-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BRUNSCHWIG Henri (1992), Noirs et Blancs dans l’Afrique noire française ou comment le colonisé devient colonisateur : 1870-1914, Paris, Flammarion.

CAPELLE Jean (1990), L’éducation en Afrique noire à la veille des indépendances (1946-1958), Paris, Karthala.

CISSÉ Bocar (2014), Instituteur des sables : témoin du Mali au XXe siècle, Brinon-sur-Sauldre, Grandvaux.

COULIBALY Zouanso (1997), L’évolution de l’enseignement et de la formation des enseignants du primaire au Burkina Faso (1903-1995). La qualité de l’enseignement primaire en question, thèse de doctorat, Lille, Lille I.

DADIÉ Bernard (1956), « Misère de l’Enseignement en A.O.F. », Présence africaine, 6(XI).

DADIÉ Bernard (1959), Un nègre à Paris, Paris, Présence africaine.

DADIÉ Bernard (1976), « Discours de réception à l’Académie des sciences d’outre-mer (7 mai 1970) », Compte-rendu trimestriel des séances de l’Académie des sciences d’Outre-Mer, XXXVI(2).

DADIÉ Bernard (1982), « Climblié [Nouvelle édition] », Légendes africaines, Paris, Seghers.

DAFF Moussa, PRIGNITZ Gisèle, BLANCO Xavier et. al. (2006), Penser la francophonie : Concepts, actions et outils linguistiques, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

DEBOS Marielle et GLASMAN Joël (2012), « Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l’ordre en Afrique », Politique africaine, 128(4), pp. 5-23.

DÉSALMAND Paul (1983), Histoire de l’éducation en Côte d’Ivoire. T. 1 : Des origines à la conférence de Brazzaville, Abidjan, CEDA.

DOMERGUE-CLOAREC Danielle (1974), La Côte d’Ivoire de 1912 à 1920 : influence de la première guerre mondiale sur l’évolution politique, économique et sociale, thèse de doctorat, Toulouse, Université Toulouse le Mirail.

DOZON Jean-Pierre (2000), « La Côte d’Ivoire entre démocratie, nationalisme et ethnonationalisme », Politique africaine, 2(2), pp. 45-62.

GAMBLE Harry (2009), « Peasants of the Empire. Rural Schools and the Colonial Imaginary in 1930s French West Africa », Cahiers d’études africaines, 3(195), pp. 775-804.

GNAOULÉ-OUPOH Bruno (2000), « Histoire de l’école coloniale en Côte d’Ivoire », La littérature ivoirienne. Karthala (« Lettres du Sud »).

GOERG Odile (dir.) (1999), Fêtes urbaines en Afrique : Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala.

GRENDI Edoardo (1977), « Micro-analisi e storia sociale », Quaderni storici, 35, pp. 67-80.

HENRETTA Sean (2009), Islam and Social Change in French West Africa: History of an Emancipatory Community, Cambridge, African Studies.

HOFFHERR René (1962), « Le problème de l’encadrement dans les jeunes États de langue française en Afrique centrale et à Madagascar », Tiers-Monde, 3(12), pp. 529-563.

JÉZÉQUEL Jean-Hervé (1999), « Le “théâtre des instituteurs” en Afrique Occidentale française (1930-1950) : pratique socio-culturelle et vecteur de cristallisation de nouvelles identités urbaines », in O. GOERG (dir.), Fêtes urbaines en Afrique : Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, pp. 181-200.

JÉZÉQUEL Jean-Hervé (2002), Les Mangeurs de craie, socio-histoire d’une catégorie de lettrés à l’époque coloniale, les instituteurs de l’école William Ponty (1900-1960), Paris, EHESS.

JÉZÉQUEL Jean-Hervé (2005), « Les enseignants comme élite politique en AOF (1933-1945), des meneurs de galopins dans l’arène politique », Cahiers d’études africaines, 178, pp. 519-544.

JÉZÉQUEL Jean-Hervé (2013), « L’éthique sous les tropiques : réflexions sur la formation du bon enseignant dans la République coloniale », in J.-F. DUPEYRON et al. (dir.), Éthique et déontologie dans l’Éducation nationale, Paris, Armand Colin, pp. 519-543.

JUNG-IN Kim (2013), Le « Bon maître » du XIXe siècle. Cinq générations d’instituteurs et d’institutrices d’après les dossiers de récompenses honorifiques (1818-1902), thèse de doctorat, Paris, Paris 4.

KONÉ Jean-Lémon (2021), « Comment l’indépendance accéléra la carrière de la carrière de maîtres africains (1940-1974) », Tsingy, Revue de Sciences humaines, 24, pp. 57-77.

KROP Jérôme, LEMERCIER Claire et SCHERMUTZKI Pierre (2010), « Relations sociales et désignation des directeurs d’école dans le département de la Seine, 1870-1914 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 57-2, pp. 79-114.

LABRUNE-BADIANE Céline et SMITH Étienne (2018), Les Hussards noirs de la colonie. Instituteurs africains et « petites patries » en AOF (1913-1960), Paris, Karthala.

LANOUE Éric (2005), « Politique, religion et fait scolaire en Afrique de l’Ouest. Le cas des écoles catholiques de Côte d’Ivoire (1945-1992) », Historical Studies in Education, 17(1), pp. 29-54.

LAPRÉVOTE Gilles (1984), Les écoles normales primaires en France 1879-1979. Splendeurs et misères de la formation des maîtres, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

MANIÈRE Laurent (2010), « La politique française pour l’adaptation de l’enseignement en Afrique après les indépendances (1958-1964) ». Histoire de l’éducation, 128, pp. 163-190.

N’GUESSAN Konstanze (2020), Histories of independence in Côte d’Ivoire. An ethnography of the past, Leiden, Brill.

PILOT Georges (2012), « Le chemin de fer Abidjan-Niger. 1904-1954 », in Ouvrages du génie civil français dans le monde, Lignes de chemins de fer d’Afrique occidentale et d’Afrique équatoriale, Comité génie civil et bâtiment, IESF.

SAVY Pierre (2009), « Les débuts de la micro-histoire », Écrire l’histoire, 3, pp. 65-66.

SIMONET Thibaut (2010), « Les composantes du pouvoir de Félix Houphouët-Boignyen Côte d’Ivoire (1958-1965) », Outre-Mer, 368-369, pp. 403-420.

SPAËTH Valérie (2001), « L’enseignement du français en AOF », Le français aujourd’hui, 132(1), pp. 78-86.

SUBRAHMANYAM Sanjay (2014), « Aux origines de l’histoire globale : Leçon inaugurale prononcée le jeudi 28 novembre 2013 », Paris, Collège de France.

TOURÉ Abdoulaye Jabali (1984), Les bâtisseurs de l’enseignement en Côte d’Ivoire (1942-1958), Abidjan, CEDA.

VINCILEONI Nicole (1987), L’œuvre de Bernard B. Dadié, Issy-les-Moulineaux, Classiques africains.

YAO Guy Fulgence (2007), Origine sociale et réussite scolaire en Côte d’Ivoire : la théorie de la reproduction sociale, thèse de doctorat, Cocody, Université de Cocody.

Téléchargements

Publiée

2022-04-14

Comment citer

Koné, Jean-Lémon. 2022. « Comment on Devient Un “vieux maître” Ivoirien (années 1930-1970): Itinérance, mobilités Et Cosmopolitisme pédagogique : Le Cas De l’instituteur Koutia Lémon ». Revue d’histoire Contemporaine De l’Afrique, nᵒ 3 (avril):75-92. https://doi.org/10.51185/journals/rhca.2022.0306.