Journalistes et pouvoir politique au Togo (1946-1979)

Une profession construite sous la contrainte

Auteurs

  • Seidou Douti Département d’histoire/LETRIA, Université de Lomé (Togo)
  • Koffi Amouzou Sossou Département d’histoire/HisDAf, Université de Kara (Togo)
  • Joseph Koffi Nutefé Tsigbé Département d’histoire/LETRIA, Université de Lomé (Togo)

DOI :

https://doi.org/10.51185/journals/rhca.2021.e293

Mots-clés :

journaliste, presse, décolonisation, indépendance, propagande, Togo

Résumé

Au Togo, les hommes politiques ont multiplié les actions dans le processus de lutte pour l’indépendance en créant des organes de presse. Certains d’entre eux devinrent des journalistes de fait, la plupart n’ayant reçu aucune formation pour exercer ce métier. Avec l’accession à la souveraineté internationale du Togo en 1960, puis la prise du pouvoir politique par l’armée en 1967, la gestion de l’information a été professionnalisée sous le regard de plus en plus méfiant des régimes successifs et avec le soutien intéressé du soft power français. Ainsi, la presse était plus contestataire, même si son spectre de diffusion était plus limité, dans les années 1950 que dans les décennies suivantes, au cours desquelles les médias d’État la transformèrent en outil de propagande. La présente contribution, s’appuyant sur des sources orales, des archives et des travaux universitaires inédits, vise à analyser la nature des relations entre journalistes et pouvoir politique au Togo, de 1946 à 1979.

Bibliographies de l'auteur

Seidou Douti, Département d’histoire/LETRIA, Université de Lomé (Togo)

Seidou Douti est titulaire d’un doctorat en histoire contemporaine à l’Université de Lomé. Il s’intéresse à l’histoire des sociétés de médias, particulièrement au monde des journalistes, aux institutions de communication et au rôle des médias dans la préservation de la biodiversité. Il est membre du laboratoire d’Études sur le Travail et les Relations Identitaires en Afrique (LETRIA) de l'Université de Lomé (Togo).

Koffi Amouzou Sossou, Département d’histoire/HisDAf, Université de Kara (Togo)

Koffi Amouzou Sossou est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Kara (Togo). Il est spécialiste de l'histoire des relations entre la France et les États francophones, de la gouvernance politique en Afrique et des relations inter-régionales africaines. Il est membre du Laboratoire Histoire et Développement de l'Afrique (HisDAf), et est membre associé du Laboratoire d'Analyse d'Histoire Socio-politique (LAHiSPo).

Joseph Koffi Nutefé Tsigbé, Département d’histoire/LETRIA, Université de Lomé (Togo)

Joseph Koffi Nutefé Tsigbé est professeur titulaire (CAMES) en histoire contemporaine et enseigne à l’Université de Lomé (Togo). Membre du laboratoire d’Études sur le Travail et les Relations Identitaires en Afrique (LETRIA), il est auteur d’ouvrages et d’articles portant sur l’histoire socioéconomique et sociopolitique des États africains en général et du Togo en particulier.

Références

ANDOCHE Bonin (1983), Le Togo du sergent en Général, Paris, Lescaret éditeur.

BADIBANGA André (1978), « La presse africaine et le culte de la personnalité », Revue française d’études politiques africaines, n° 156, pp. 40-57.

BATCHANA Essohanam (2002), Le rôle de la presse dans la décolonisation du Togo (1946-1960), Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Lomé.

BATCHANA Essohanam (2008), Liberté de presse et pouvoirs publics au Togo : 1946-2004, Thèse de doctorat en histoire, Université de Lomé.

BLAKEMA Afi (2000), Regard sur Togo-Presse, média d’Etat : analyse formelle, analyse du contenu, Mémoire de maîtrise en lettres modernes, Université du Bénin.

BODE Idé (2000), Contribution de Radio-Lomé au développement du Togo. Étude historique et analyse structurelle, Mémoire de maîtrise de lettres modernes, Université du Bénin.

CODO Bellarrin Coffi (1978), La presse dahoméenne face aux aspirations des « évolués ». « La voix du Dahomey » (1927-1957), Thèse de doctorat en histoire, Université Paris VII.

DIOH Tidiane (2009), Histoire de la télévision en Afrique noire francophone, des origines à nos jours, Paris, Karthala.

DOUTI Seidou (2019), Contribution à l’histoire des journalistes au Togo (1946-2014), Thèse de doctorat en histoire, Université de Lomé.

FIERENS Marie (2017), Le journalisme de presse écrite en République démocratique du Congo et en Côte d’Ivoire. Émergence et évolution d’une profession, de la période coloniale à nos jours, Paris, Institut Universitaire Varenne.

FRERE Marie-Soleil (1998), « Médias et Idéologies en Afrique francophone », Civilisations, 45(1/2), pp. 15-54.

FRERE Marie-Soleil (2000), Presse et démocratie en Afrique francophone, les mots et les maux de la transition au Bénin et au Niger, Paris, Karthala.

GAYIBOR Nicoué (dir.) (1997), Le Togo sous domination coloniale, Lomé, Presses de l’Université du Bénin.

GAYIBOR Nicoué (dir.) (2005), Histoire des Togolais de 1884 à 1960, Lomé, Presses de l’Université de Lomé, tome 2.

GLASMAN Joël (2015), « Postface : Intermédialité et régimes d’énonciation en Afrique contemporaine », in S. GEHRMANN & D. YIGBE (dir.), Créativité intermédiatique au Togo et dans la diaspora togolaise, Berlin, Lit Verlag, pp. 287-297.

GUILLANEUF Raymond (1967), La presse au Togo (1911-1966), Mémoire de DES, Université de Dakar.

KONGNAH Bignoite (1999), Regard sur le fonctionnement des médias et leur influence politique : le cas de la télévision togolaise, Mémoire de maîtrise de lettres modernes, Université de Lomé.

KOUZAN Komlan et TSIGBE Koffi Nutefé (2020), Nicolas Grunitzky (1913-1969). Le nationaliste trop prudent ou l’homme de la France ?, Paris, L’Harmattan.

LOUM Ndiaga et SARR Ibrahima (dir.) (2018), Les médias en Afrique depuis les indépendances : bilan, enjeux et perspectives, Paris, L’Harmattan.

OSSOWOA Koudjo Boukari (2008), Radio-Lomé : genèse et évolution (1953-2003), Mémoire de maîtrise en histoire, Université de Lomé.

PERRET Thierry (2005), Le Temps des journalistes, Paris, Karthala.

RAMBAUD Brice (2006), « La presse écrite togolaise, acteur et témoin de l’ère Eyadema (1967-2005) », Transcontinentales, 2. En ligne. URL : http://journals.openedition.org/transcontinentales/415 (consulté le 2 décembre 2020).

TOULABOR Comi (1981), « Jeu de mots, jeu de vilain : lexique de la dérision politique au Togo », Politique Africaine, 3, pp. 55-71.

TOULABOR Comi (1991), « La dérision politique en liberté à Lomé », Politique africaine, 43, pp. 136-141.

TSIGBE Koffi Nutefé (2012), « Cinquante ans de discours sur l’unité nationale au Togo (1960-2010) : les leçons d’une politique toujours d’actualité », in T. N. GAYIBOR (dir.), Cinquante ans d’indépendance en Afrique subsaharienne et au Togo, Paris, L’Harmattan, pp. 68-70.

TUDESQ André-Jean (1995), Feuilles d’Afrique. Étude de la presse en Afrique sub-saharienne, Talence/Bordeaux, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

YAGLA Ogma Wen’saa (1992), Les indigènes du Togo à l’assaut du pouvoir colonial, Lomé, Nouvelles Éditions Africaines.

Téléchargements

Publiée

07-01-2021

Comment citer

Douti, Seidou, Koffi Amouzou Sossou, et Joseph Koffi Nutefé Tsigbé. 2021. « Journalistes Et Pouvoir Politique Au Togo (1946-1979): Une Profession Construite Sous La Contrainte ». Revue d’histoire Contemporaine De l’Afrique, nᵒ 1 (janvier):62-80. https://doi.org/10.51185/journals/rhca.2021.e293.